Outils techniques

Entretien d'un rosier

Conseils pour l'entretien des rosiers.

Comment replanter des arbres

Quand et comment replanter des arbres lorsque l'on préfère éviter les arbres achetés en pépinière ?

40000 coquelicots de Monet- 40 000 euros pour Audi TT

On cherche à nous faire dépenser des fortunes pour être heureux. Pourtant, nous sommes tous des richards en puissance.

Dimanche midi 10h45.

Dans l'émission auto moto, des chroniqueurs macho, lobotomisés et monomaniaques sont en extase devant deux modèles d'automobile: l'audi TT et la peugeot RCZ.

Pour ceux qui ne connaissent aucun des deux modèles, l'audit TT est une voiture jouet caprice de cadres supérieurs en male de reconnaisance et qui veulent faire jeunes. C'est, notons le, la seule voiture que je trouve jolie. Il faut le reconnaître, le designer de cette bagnole est doué. Mais à 40 000 euros, la voiture qui ne possèdent deux vraies places et un coffre peine suffisament grand pour accueillir un sac à dos, cela fait cher le caprice.

La Peugeot RCZ est la réponse du constructeur français à Audi. La ligne agressive, prétentieuse et cliquante de ce coupé cible assurément les hommes de 29 ans à 38 ans, qui margent à 100 000 ou 120 000 euros par an et au pénis de 9 à 12 centimètres. Il est beaucoup moins cher, assurent les trois chroniqueurs attardés. A moins de 35 000 euros, c'est la Peugeot RCZ qu

'il faut acheter (enfin, nous devons l'acheter, nous les pauvres cloches, pas eux, ils sont attardés, mais tout de même pas suffisament attardés pour acheter une bagnole de 2 places et demi sans coffre à 35 000 ou 40 000 euros...).

Dimanche 17h45

Retour de week end chez des amis dont les parents nous ont accueilli à Giverny, la ville qui a accueilli le célèbre Monet. Vous savez celui qui a peint des paysages avec des coquelicots (gare à vous, si vous n'êtes pas béa d'admiration devant ses coquelicots, c'est du plus mauvais ton à Giverny). Un impressionniste qui doit vous impressionner.

A 15 kilomètres dans la direction de Paris, nous avons pris une décision totalement irrationnelle: prendre la départementale qui passe au milieu des champs et des chateaux, au lieu de l'A13 et perdre au moins 7h30 sur la feuille de routes. Nous traversons les paysages qui ont inspiré Monet. Je vous jure que nous avons pris cette décision sans contrainte. Mais je m'inquiète pour notre santé mentale. On aurait du prendre l'autoroute pour passer 7h30 de plus devant la télévision.

J'ai une révélation. Je ne comprends toujours pas le sens de sa peinture, mais j'ai compris, cet après midi là, pourquoi il a peint ses coquelicots. Au printemps, ces dizaines de milliers de coquelicots géants qui envahissent les champs et les bords de route ont un caractère magique, hypnotisant, paralysant, béatifiant. Ils ont magifié, hypnotisé, paralysé, béatifié le pauvre Claude qui se demanda alors comme enregistrer la magie de ces fantatistiques paysages, aussi gratuits que simples.

Il chercha son iphone pour la prendre en photo, mais il réalisa qu'il ne serait inventé que 134 ans plus tard.

Il fouilla la poche de son pantalon à la recherche des clés de son audi TT, pour taxer

un appareil photo à son pote Pierre Auguste, mais il ne trouva que le bon de commande du concessionnaire qui indiquait qu'elle ne lui serait livré que 125 ans plus tard.

Il tourna son poignée pour découvrir sa rolex et savoir s'il lui restait suffisament de temps pour aller acheter un caméscope sony à la Fnac, mais il se souvint qu"Hans Wildorf, ne déciderait de créer la marque que 25 ans plus tard et surtout qu'il n'avait pas encore été conçu par ses parents.

Mais tout ces événements qui aurait contrarié la plupart de mes contemporains, fut égal, à Cloclo, à qui ces gadgets qu'il n'avait que rêvé, ne manquaient pas.

Il oublie sa malette à pinceau et sa palette, déplia son trépier et commença à peindre.

Il était inspiré.

Il était riche de ses 40 000 coquelicots qui ne lui appartenaient pas, du fils que lui avait donné sa femme Camille, de ses yeux magiques et du souvenir de sa femme disparue quatre ans auparavant.

Il était heureux.